Biographie

Maire de Boussy-Saint-Antoine depuis 2008 et Député de la 9e circonscription de l'Essonne depuis le 4 juillet 2014 ...

En savoir plus

Circonscription

De la Seine à l'Yerres en passant par la Forêt de Sénart, découvrez notre circonscription et les 4 cantons ...

En savoir plus

L’équipe

Pour coordonner ses actions à l'Assemblée Nationale et en circonscription, je m’appuie sur mon équipe parlementaire ...

En savoir plus

Me contacter

Je suis votre élu. Je reçois sur rendez-vous à l’Assemblée nationale ou aux permanences que j’assure chaque semaine ...

En savoir plus

Newsletter

Inscrivez-vous à ma lettre d'information pour vous suivre mon actualité à l’Assemblée et en circonscription ...

En savoir plus

PLF 2017: un budget sincère, crédible et sérieux

Le Projet de Loi de Finances (PLF) pour 2017, présenté par le Gouvernement, s’inscrit dans la continuité de ses engagements depuis le début du quinquennat :

  • relance de l’économie et l’emploi,
  • simplification du quotidien des citoyens et des entreprises,
  • renforcement de la justice sociale, tout en participant à l’assainissement des comptes publics.

Il consacre les priorités essentielles :

  • éducation,
  • sécurité,
  • emploi
  • culture.

Par ailleurs, ce PLF officialise l’instauration du prélèvement à la source qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018. Il s’agit d’une réforme historique et ambitieuse qui profitera à tous les Français-es.

Au regard de cette gestion sérieuse, celles et ceux qui se présentent à l’élection présidentielle, avec sous sans primaires, et qui promettent des baisses d’impôts immédiates en faisant le choix de reporter la maîtrise des dépenses publiques aux calendes grecques, sont irresponsables.

En effet, il convient de rappeler que, s’agissant des dépenses publiques, le PLF 2017 confirme la maîtrise de la dépense publique dont le rythme continuera d’être nettement en deçà de sa tendance historique tout en dégageant des marges de manœuvre pour financer les priorités du Gouvernement, notamment en termes d’éducation, d’emploi et de sécurité.

Depuis 2012, la dépense publique n’a augmenté que de 1,3 % par an tandis qu’entre 2000 et 2012, elle était de 3,6% par an. La part des dépenses publiques dans le PIB a diminué sans discontinuer depuis 2013 pour atteindre 54,6 % du PIB en 2017. Quant à la dette publique qui s’était envolée de 25 points entre 2000 et 2012, elle n’aura augmenté que de 6 points entre 2012 et 2017.

Enfin, ce budget porte plusieurs ambitions qui font honneur à la gauche :

  • Renforcement de la justice sociale

En ciblant vers les classes moyennes de nouvelles baisses de l’impôt sur le revenu. Une nouvelle baisse d’impôt sur le revenu sera mise en œuvre pour un montant de 1 milliard €. Au total depuis 2014, 6 milliards € de baisses ciblées de cet impôt auront bénéficié à 12 millions de ménages ;

En permettant à tous les contribuables de bénéficier de l’avantage fiscal de 50 % pour les dépenses de services à la personne exposées à compter du 1er janvier 2017, alors que les inactifs non-imposables ne bénéficient aujourd’hui pas de cet avantage. Cette mesure bénéficiera à 1,3 million de ménages modestes, pour un gain moyen de près de 850 euros.

  • Pérennisation des baisses d’impôt pour les entreprises

La baisse d’ici à 2020 du taux de l’impôt sur les sociétés à 28 % sera une réalité dès 2017 pour l’ensemble des PME. Le CICE sera porté de 6% à 7% de la masse salariale. Les allègements de cotisations en faveur des artisans seront renforcés.

  • Des moyens accrus pour des priorités essentielles

L’école et l’enseignement supérieur bénéficient de 3 Md€ de moyens nouveaux. 11 712 postes supplémentaires seront créés au ministère de l’éducation nationale et l’enseignement supérieur et 950 dans les universités, permettant ainsi de respecter l’engagement de créer 60 000 postes dans l’enseignement sur le quinquennat ;

Les crédits supplémentaires en faveur de la sécurité s’élèvent à près de 2 milliards €. Ces moyens ont pour vocation de garantir la capacité des forces de sécurité et de la justice à assurer la protection des Français. Pour la première fois depuis 2009, une loi de programmation militaire est non seulement tenue, mais également dotée de moyens nouveaux ;

La mobilisation en faveur de l’emploi (prime « Embauche PME », Plan 500 000 formations) se traduit par des moyens nouveaux très importants, de près de 2 milliards €.

Les crédits affectés à la culture repasseront le seuil de 1% du budget de l’État, à 1,1%. Cet effort en faveur de la culture est historique.

Enfin, le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) sera celui du rétablissement de l’équilibre du régime général, meilleur résultat connu depuis 2001.

 

lien parti socialistelien Assemblée nationale

Assemblée nationale

Le site de l'Assemblée nationale
  • Aucun résultat ne correspond à votre recherche